Littéraire pour quoi faire ? Blog littéraire et alors ? (par Junain Lavillet)

Devenir un auteur-entrepreneur (2e partie)

L'expérience est lancée. Pour ceux-ci qui ne savent pas de quoi je parle, je les renvoie vers mon 1er post...

Je suis un écrivain-rêveur qui tente l'expérience de l'écrivain-entrepreneur...

Voici ma todo-list pour les mois à venir. Je la maintiendrai à jour au fur et à mesure des mes avancées.

Ce sont des conseils pratiques, simples, que j'ai glané ici et là, que j'ai, ou vais expérimenter et destinés à booster mes ventes... 

  • Mise à jour de mon site officiel  
  • Rendre mon blog (celui-ci) plus accessible (supports mobiles..) 
  • Publicité sur profil linkedin
  • mise en avant sur le blog
  • Publicité facebook
  • Mettre en avant mon profil Facebook d'auteur (profil unique, homogénéité...)
  • Créer une page Facebook
  • Rejoindre la communauté Babelio en tant qu'auteur.
  • Photos "officielles" sur tous les sites.
  • Nouvelle(s) couverture(s) réalisées par un professionnel
  • Tester une autre plateforme d'autoédition

 

AVANT*                                 APRES*

 

 0                   0

 

* Ventes livres brochés et numériques confondus

(hors promotions, hors proches) avant/après application des recettes d'auteurs-entrepreneurs.

Autoédition mythe et réalité

undefined

  S'il y a bien un rêve qui est le mieux partagé parmi les auteurs, c'est bien celui d'une première publication. Rien d’incroyable a priori, écrire demande un temps considérable et cela fait naitre un besoin presque naturel de reconnaissance. Sans Personne pour nous lire, le temps passé à l'ouvrage ne serait que du temps perdu. Voilà bien souvent ce qui nous pousse à vouloir publier ; on recherche un public capable de reconnaitre notre talent (autre que nos proches bien souvent complaisants). Il en va de même pour l'apprenti guitariste qui va vouloir se prouver sur sa première scène qu'il a l'étoffe de devenir une vraie rockstar…

  Ce n’est pas anodin que d’envisager une publication de son œuvre, cela signifie qu’un cheminement de pensée s'est opéré, dorénavant nous sommes prêts à nous exposer et cela parce que l’on s’est forgé une confiance suffisante dans la qualité de nos textes.

  Sauf à de rares exceptions, l'autoédition n'est pas envisagée en premier lieu lorsqu’on cherche à se faire publier; généralement, elle intervient bien plus tard, car c’est le propre des rêves que de voir grand. C'est donc dans la forme d'édition la plus racée que l’on placera nos premiers espoirs: l’édition à compte d'éditeur.

  Malheureusement, les premiers retours riment bien souvent avec premiers bleus à l’égo : lettres types de refus, critiques acerbes ou silences infinis, c’est la douche froide ; une pluie fine qui tombe sur le monde de l’auteur naïf qui croyait que les majors de l’édition rêvaient de lui autant qu’il pouvait rêver d’elles. C’est ignorer pour grande part les contraintes qui pèsent sur ce milieu aujourd’hui ; malheureusement, les maisons d’édition sont devenues des entreprises comme les autres, c’est le profit qu’elles recherchent et elles n’ont que faire de petits scribouillards rêveurs qui ne peuvent rapporter gros.

  C’est un moment difficile pour l’auteur, pétri de doutes et en pleine remise en questions, il peut être une proie facile. Dans le grand bassin de l’édition, parmi les grosses baleines, rôdent également d’habiles requins. En ouvrant notre magazine préféré, un encart publicitaire nous saute aux yeux. Se faire publier, serait-ce encore possible ? L’espoir renait. Oui, c’est possible, mais nous devrons payer pour cela. C’est connu, le client est roi et qui oserait mécontenter un monarque en lui disant que sa prose refoule. Les maisons d’édition à compte d’auteur, acceptent tout le monde (surtout les auteurs qui croient un peu trop en leur talent). Nos amis anglais qualifient ce format-là d’édition de « vanity press », cela en dit long sur les motivations qui poussent certains auteurs à vouloir mettre un nom sur un fichu bouquin.

  Ce que nous avons vu pourrait être le parcours classique qui mène à l’autoédition. Nous y sommes à présent, quelques clics suffisent, on charge notre texte, notre maquette et nous voilà sur les plus grandes plateformes des vendeurs de livres sur internet ! De nouveau on s’emballe, sommes-nous enfin aux portes de ce succès tant espéré ? On surveille avec une certaine anxiété nos statistiques, on estime qu’un premier roman doit se vendre aux alentours de 2000 exemplaires papier pour être qualifié de succès aujourd’hui, un chiffre qui monte aux alentours de 8000 pour les livres numériques , alors on attend.

  Un an a passé et notre courbe ressemble à celle d’une personne en arrêt cardio-respiratoire et nous comptabilisons autant de livres achetés qu’il existe d’auteurs pouvant se vanter de vivre de leurs livres autoédités. Nos rares ventes passent pour des erreurs (nous notons que nous n’avons jamais autant vendu que le jour où nous avons fait bénéficier notre livre d’une promotion « livre gratuit ») et une fois notre livre si précieux (à nos yeux du moins, car il s’affiche à 2 euros sur le site) a fait l’objet d’une demande de remboursement d’un lecteur indélicat... Bref, notre moral est au top. C’est un échec et nous ne l’avons même pas vu venir. Cela a été ma situation et n’y voyez aucune méchanceté de ma part, cela risque fortement de devenir la vôtre si vous choisissez de vous lancer dans cette aventure. C’est une simple question de statistiques et les chiffres sont éloquents, toujours la même ritournelle, pour les quelques élus combien ont postulés ? Mais surtout, pour nous qui sommes profondément attachés au sens de la justice, les gagnants sont-ils les plus méritants ?

  Nous avons tous en tête une success-story et pour le petit nombre qu’elles représentent, on pourrait trouver ça plutôt paradoxal. Mais si on y réfléchit davantage, il semble pourtant logique que les acteurs du livre numérique fassent en sorte que ces phénomènes soient le plus médiatisés possible, car après tout cela vient servir les intérêts de leur business. Il n’y a que les histoires des recalés, des refusés, poissards et autres perdants qui ne sont pas dignes d’intérêt et pourtant. Permettez-moi de monter à la tribune et de m’exprimer au nom de tous mes frères de la loose. Nos échecs sont bien plus intéressants qu’il n’y parait en réalité. Si vous envisagiez d’arrêter votre course à la publication, épuisé et maintenant convaincu de votre absence de talent, il est encore temps de suspendre votre geste. Si tous les auteurs recalés l’étaient pour leur prose médiocre, le monde de l’édition se porterait au mieux.

  En voyant mon livre sur la Fnac ou Amazon, j’ai ressenti une fierté stupide comme si en trois clics et en créant un PDF j’avais déjà accompli quelque chose de grand. Le challenge de l’autoédition n’est pas contenu dans son nom, car il ne s’agira plus de se faire éditer, mais bel et bien d’être lu. Sauf à bénéficier d’une campagne publicitaire de masse, il y a de fortes chances que votre livre demeure perdu parmi un million d’autres plus en vue. Impossible d’avoir un avis sur une œuvre faute de l’avoir lue ! Les combats aussi peuvent cesser faute d’avoir commencé. En vérité, plus que des cours de littérature, vous feriez mieux de prendre des cours de marketing et c’est d’autant plus vrai dans le monde de l’autoédition où l’on fonce bille en tête en négligeant des aspects de notre livre qui ont aussi leur importance, ceux que les grandes maisons d’édition maitrisent si bien (distribution, publicité…).

  Je reste persuadé que si on décidait de se pencher sur ces succès qui nous ont fait rêver, on découvrait quelques petits secrets bien dissimulés , quelques éminences grises par exemple, cachées derrière ces auteurs qui passent pour tout à fait amateurs. Des agents, car cela existe aussi ou de petites mains habiles capables de faire exister leur livres en les tirant de la masse des autres. Mais vous, moi, qui sommes sans nom, sans réseaux et qui n’écrivons ni des romances ni des thrillers (le genre préféré des Français) que nous reste-t-il (hormis d’écrire nos états d’âme sur nos blogs j’entends) ?
Nous ne sommes maintenant plus si loin de cette vision du monde l’édition qu’on aime parfois critiquer. Foutu romantique que nous sommes, l’autoédition qui incarnait notre revanche, celle des petits face aux puissants, qui avait ses vertus de redresseur de torts recule d’un pas et quitte le piédestal sur lequel on l’avait placée…

  Il y a erreur sur la personne, c’est que nous avons envisagé l’autoédition d’une bien mauvaise façon. Elle ne peut être qu’un moyen et non une fin comme nous l’avons espéré. Sinon quoi, qu’espérer après elle, vendre à la sauvette nos livres en bas de nos immeubles ? Une fois n’est pas coutume, soyons plus pragmatiques et constatons seulement qu’elle permet de diffuser facilement nos œuvres en les sublimant, quoi de plus agréable pour nos pages imprimées de finir dans un livre, cet objet qui sied si bien à la lecture…

  Le succès ou autre chose, qu’importe le moteur de notre créativité. Moi, qui suis un auteur comme les autres je rêve encore à ma première publication.

Accueil
J'aimerais recevoir 4 textes (nouvelles, .pdf) GRATUITEMENT signés Junain Lavillet